Rechercher

CULTURE - POLITIQUE - VEVEY

Natura abhorret a vacuo

La nature a horreur du vide, il faut tout entreprendre pour ne pas laisser les bonimenteurs venir remplir un éventuel vide.


Dans un monde et une époque où les frontières sont passées, voire dépassées ; où les repères s’estompent, voire disparaissent, la culture, comme dans un autre registre l’éducation, reste le seul élément d’identification pour une société, la seule référence valable.

Soyons clairs là-dessus, si naguère la notion de culture a été instrumentalisée pour établir une hiérarchie entre et dans les sociétés, ce qui a débouché sur une domination des unes sur les autres, resp. sur une hégémonie culturelle - pour parler comme Gramsci - ; notre rôle aujourd’hui c’est de développer une culture qui, tout en tendant à chaque société un miroir pour se connaître ou se reconnaître, lui donne aussi la possibilité de se libérer, d’aller à la rencontre de l’autre, de dépasser sa propre peur et de créer des liens. Justement, ces liens qui libèrent. Et dans cette optique, on devrait parler non de la Culture mais des cultures.

A un autre niveau, la culture se doit de porter un message, de provoquer pas pour faire de la provocation gratuite, mais pour susciter le débat. Ce qu’elle a toujours fait, d’ailleurs. Elle peut et se doit d’être dérangeante, perturbante voire transgressive. C’est l’aboutissement d’une évolution. Et pour évoluer, il faut de temps à autre sortir du cadre.

La culture est le reflet, l’incarnation de notre façon de penser, de vivre ; et elle donne des pistes sur l’orientation future d’une société. La culture, dans les faits, est une sorte de propagande, comme l’est notre comportement, notre industrie, notre système de formation. Il faut comprendre le terme propagande comme une offre, une proposition, un modèle, mais en aucun cas comme un diktat ou une imposition.

Aujourd’hui, une notion à la mode est le soft power, nous ne la réfutons pas, mais parlerons plutôt de démonstration par l’exemple ; loin de la manipulation, nous préférons la pédagogie. Démontrer que l’on peut vivre ensemble, démontrer que l’on peut vivre autrement, démontrer que l’on peut se respecter mutuellement même s’il existe des contradictions, comme en littérature les oxymores : « Un sujet à traiter est pour moi comme une femme dont on est amoureux, quand elle va vous céder, on tremble et on a peur, c'est un effroi voluptueux », Gustave Flaubert.

En adoptant sa politique culturelle, la Municipalité de Vevey a fait le choix profond de doter les Veveysannes et Veveysans d'un cadre de développement culturel au service de leur épanouissement, et ce, peu importe le sens futur de l'histoire.


Tissée à même le quotidien, inscrite au cœur de l'identité des habitant-e-s de la ville de Vevey, façonnée à même son histoire et son évolution, cette pluriculturalité ou - si vous voulez - cette culture plurielle, qui devient finalement la Culture, est l'œuvre vivante de la société tout entière.


Soyons donc toutes et tous des acteurs et artisans de cette entreprise commune.

Vive Vevey, ville de culture !


Michel Agnant




30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout